Entrevue avec Boum

 

Ceci est un service bénévole, à but non lucratif, de partage de Blog BD québécois depuis 2013.

J’ai accepté, comme bénévole, à faire des entrevues avec des auteurs que j’ai rencontré souvent, pour promouvoir leurs livres, leur travail et leur passion de dessiner une BD.

Si je peux vous poser des questions utiles, pour que vos admirateurs, et même pour les nouveaux , puissent découvrir quelques facettes inédites, j’en serai très heureux d’avoir éclairé certains points inconnus de votre personnage.

Mais auparavant, voici une intro que j’aimerais placée avant l’entrevue , si vous me le permettez.

 

Samantha Leriche-Gionet ,

10366060_10152454665294749_5545955463619240399_n

mieux connue sous le pseudonyme de ‘Boum’… Vous faites très bien votre chemin dans la jungle des BD.

Ci-dessous, c’est votre bibliographie que nous avons copiée de sur votre blog;

  • Une bonne prise / A Good Catch, dans Merure 1, éd. Machinemachine, 2008
  • Merci, Dame Nature / Thank You, Mother Nature, dans Merure 2, éd. Machinemachine, 2009
  • Bébert, dans Merure 3, éd.. Machinemachine, 2010.
  • Boumeries volume 1, auto-édition, 2011.
  • La magie du cinéma, pour le magazine 24 images #154, 2011.
  • Culottes courtes, auto-édition, 2011.
  • Je viens d’Hochelaga, dans Vestibulles #45, 2011.
  • Boumeries volume 2, auto-édition, 2012.
  • Le pain, en collaboration avec Cab, dans Amuse-gueules, éd.. Glénat Québec, 2012.
  • La petite révolution, éd. Front Froid, 2012..
  • La gare de triage, pour le Collectif Montréal-Lyon, 2013.
  • Labour, dans Breakers, éd. So What? Press, 2013
  • Boumeries volume 3, auto-édition, 2013.
  • Boumeries volume 4, auto-édition, 2014
  • Boumeries volume 5, auto-édition, 2015.
  • Une cachette pour les bobettes, sur un texte d’Andrée Poulin, éd. Druide, 2016.
  • Boumeries volume 6, auto-édition, 2016.

.

Et on vous a vue dans plusieurs Festivals de BD, et dans des librairies pour des séances de dédicace au Québec, en Ontario et aux États-Unis.

Et j’en oublie sûrement une pleine page.

boum pour livret

Alors, voici,mes questions, qui j’espère, ne seront pas trop ennuyantes…

Comment êtes-vous devenue auteure de BD? C’est arrivé un peu par hasard. J’ai étudié en dessin animé, et la bande dessinée restait pour moi quelque chose de très difficile à faire et d’inatteignable. En février 2011, mes amis s’étaient inscrits à un événement BD sur le web, le Hourly Comic Day, qui consiste à faire un strip par heure pendant une journée pour raconter sa journée. Je me suis dit que je m’inscrirais aussi, vu que ça ne m’engageait à rien. J’ai mis chaque strip sur mon Twitter, et à la fin de la journée, je croyais avoir terminé… mais mon fil Twitter était rempli de commentaires positifs qui me suggéraient de continuer, comme quoi j’avais trouvé un format de BD qui me faisait bien. Intriguée par mon succès d’un jour, j’ai transformé ces petits strips autobiographiques en un webcomic, et c’est parti de même.

Depuis combien de temps faites-vous de la BD? Officiellement, depuis 2011.

Est-ce que vous êtes illustratrice, scénariste ou les deux? Les deux! En fait, je crois être plus douée au scénario qu’au dessin, mais bon, je me débrouille.

Est-ce qu’il vous arrive d’avoir besoin de l’aide d’un scénariste ou d’un illustrateur? Ce n’est pas encore arrivé, mais je ne vois pas pourquoi l’un ou l’autre ne se produirait pas.

Qu’est-ce qui vous allume dans le métier de bédéiste?  Raconter des histoires. C’est aussi pourquoi j’ai fait du dessin animé. Par contre, ce qui est pas mal plus trippant en BD qu’en animation, c’est le produit tangible à la fin — le livre. Et c’est pas mal plus facile achever un projet de BD que de passer sept ans à animer un film de cinq minutes.

Qu’est-ce qui vous inspire le plus lors de la création?    Ma vie de tous les jours, les gens autour de moi, et les choses que j’aime.

Quand vous commencez à écrire une histoire, la connaissez-vous en entier ou bien improvisez-vous au fur et à mesure ?   Je suis archi nulle en improvisation, alors je dois savoir où je m’en vais dès le départ.

Est-ce qu’il vous arrive d’écrire la nuit ?   Non merci, la nuit, je dors. Mais je raconte souvent mes rêves en BD, alors j’imagine que ça compte un peu.

2011-08-17-137

Faites-vous beaucoup de recherches ? Est-ce que vous vous documentez le plus possible?   Ce n’est pas la partie qui m’emballe le plus, disons, mais dépendamment du projet, je pense que c’est assez indispensable. J’avais fait pas mal de recherches pour  »La petite révolution », mais comme c’était un univers que j’inventais, je me gardais un peu de lousse quand même.

Pour écrire, avez-vous besoin d’une certaine ambiance, des conditions de travail particulières ?   Oh oui. J’ai besoin de musique instrumentale (pas de paroles, sinon je n’arrive pas à me concentrer — d’habitude, je mets des bandes sonores de jeux vidéo ou de films), et ça me prend un certain temps pour me mettre dedans, donc j’ai besoin de plusieurs heures d’affilée pour être efficace. Vu qu’en ce moment j’ai deux très petites filles qui ont un besoin constant d’attention, mon projet de scénario du moment souffre beaucoup (c’est à dire : il n’avance pas pantoute).

Quelle est la phase la plus difficile, dans l’écriture d’une BD?   Démarrer. Le commencement d’un récit, c’est super important! Je trouve ça ben stressant à écrire.

Utilisez-vous à l’occasion des personnages réels dans vos BD?   Dans mes Boumeries, je me mets moi-même en vedette, avec mon chum et mes filles. Donc oui, tout le temps.

FR - Boum -boumeries 6

Pour revenir à vos écrits; pouvez-vous nous dire quelle est votre BD ou fanzine qui s’est le mieux vendue ?   Dur à dire… J’imagine que c’est La petite révolution qui s’est le plus vendu, vu que pour ce projet j’avais un éditeur et un distributeur, mais j’ai pas les chiffres exacts. Quant à mes livres auto-édités, je crois que c’est Boumeries volume 1, maintenant écoulé.

FR - Boum -boumeries 1

Maintenant avec deux belles petites filles dans l’entourage, est-ce beaucoup plus compliqué de produire des BD ?  Hahahahahahahaha

Est-ce qu’il y a un roman graphique ou un fanzine qui s’est très bien vendu ou qui a été au-delà de vos attentes?   Euh, tout?! Je me lançais dans la BD sans même espérer que j’aurais un jour des livres dans les bibliothèques. Finalement, mon tout premier livre autoédité a été en nomination aux Bédélys, a gagné au gala Expozine, a été en vedette dans le Journal de Montréal et s’est vendu un peu partout dans le monde. C’est fou, malade!

Présentement, à part ‘’Boumeries’’, est-ce que vous travaillez sur une BD?   Oui! J’ai deux projets en simultané, un, dont l’écriture du scénario est environ à moitié terminée (c’est celui-là qui souffre) et un autre, plus facile à faire, que je crois être capable de mener à terme malgré ma situation de maman trop occupée à changer des couches. J’essaye aussi de publier. La petite révolution en anglais et j’ai un projet extrêmement embryonnaire en collaboration avec Cab en début de chantier.

Et parmi vos propres livres, lequel est votre préféré ?  C’est difficile à dire… Je pense que c’est surtout l’ensemble de mes Boumeries dont je suis le plus fière. C’est mon plus gros accomplissement jusqu’ici, je vais me rendre à 1000 strips d’ici le mois d’octobre 2016, si mes calculs sont bons. Pas pire pour une fille qui avait peur de faire de la BD au départ, non?

Pourra-t-on espérer un deuxième tome de votre roman graphique «La petite révolution »?   Non, désolée! C’est fini et c’était prévu comme ça.

FR - Boum - la petite revolution

Aimez-vous rencontrer souvent vos lecteurs, pourquoi ?   Oui! J’aime échanger avec eux. Les gens, se reconnaissent, dans mes Boumeries et j’ai été vraiment touchée d’apprendre que j’ai aidé des femmes enceintes à passer à travers des grossesses difficiles qui lisaient mes BD sur mes propres grossesses. Je n’aurais jamais cru que mes BD pouvaient être thérapeutiques. Tsé, à la base, je dessinais des rêves de toilettes, hein…

Et la question qu’on ne vous pose jamais, mais à laquelle vous aimeriez répondre ?   « Heille, ça te tente-tu d’avoir un million de dollars? »

 

Merci beaucoup pour vos réponses!

Merci de la part de vos lecteurs!

Publié par

Robert Hébert

Robert est un grand amateur et collectionneur de bande dessinée québécoise.